Inscription
Je fais valoir mes droits : inscription

Inscrivez-vous gratuitement, sans aucun engagement de votre part pour être informés de vos droits et recevoir une proposition en vue d’un dépôt de plainte contre VOLSKWAGEN, vous permettant d’être indemnisés de votre préjudice.


Faire valoir mes droits
contre Volkswagen
Agir en justice contre Volkswagen avec un avocat !
Véhicules concernés - tromperie Volkswagen
Une procédure simple pour faire valoir mes droits
Le Cabinet ABEILLE ET ASSOCIES AVOCATS est un cabinet d’avocats pluridisciplinaire regroupant près de 30 avocats à Marseille,...

En savoir plus sur notre cabinet

Vous êtes propriétaire d'un véhicule Skoda, Seat, Audi ou VW concerné par la possible fraude Volkswagen ? Vous souhaitez...

En savoir plus sur notre démarche

Trois étapes pour agir
  • 1 Je vérifie si mon véhicule est concerné
    Vous êtes propriétaire d'un véhicule Volkswagen, Audi, Skoda ou Seat ? vérifiez si vous êtes concernés par la tromperie Volkswagen (en saisissant mon numéro d'immatriculation ci-dessous).
  • 2 Je saisis mes coordonnées (en m'inscrivant à l'aide du formulaire ci-contre).
  • 3 Mon avocat me fait une proposition d’honoraires pour déposer plainte.

Plainte contre Volkswagen

Comment porter plainte contre Volkswagen : la démarche

Vous êtes propriétaire d'un véhicule Skoda, Seat, Audi ou VW concerné par la possible fraude Volkswagen ? Vous souhaitez savoir comment agir et en vue d’un dépôt de plainte contre VOLSKWAGEN pour obtenir une indemnisation ?

Vérifiez si votre véhicule est concerné par le logiciel truqué VW .

Suivez la procédure pour vous porter partie civile.

 

Pour rappel, l'affaire Volkswagen

Depuis 2009, le groupe Volkswagen a vendu 11 millions de véhicules dont le système antipollution aurait été faussé. Les questions qui se posent sont : Comment l’a-t-on découvert ? Et pourquoi n’a-t-on rien vu ?

 

Comment l’a-t-on découvert ?

Depuis 2009, le groupe Volkswagen a vendu aux Etats-Unis plus de 482 000 véhicules, animés par un moteur diesel 4-cylindres, turbo à injection directe, dont le taux d’émission de Nox aurait été fortement minoré lors de contrôle. Des Passat, Jetta, Beetle et Audi A3 sont concernées. On compterait aujourd'hui près de 22 millions de véhicules concernés par cette affaire, baptisée « Dieselgate » par les médias.

Les autorités, américaines et européennes, n’ont jusqu’en 2014, rien su de cette supercherie.

C’est l’International Council on Clean Transportation (ICCT), un organisme indépendant, et des chercheurs de l’Université de Virginie Occidentale, qui a découvert le « pot aux roses ». Afin de comprendre pourquoi, sur plusieurs véhicules diesel Volkswagen, de tels écarts entre les tests de laboratoire et la performance réelle mesurée sur route, des recherches ont été initiées. Un capteur a été placé dans le tuyau d’échappement de modèles suspects pendant un roulage. Le but de cette étude alors était de démontrer que ces derniers étaient moins polluants que les autres. "Notre hypothèse était que toutes ces voitures sortiraient propres", a déclaré Drew Kodjak, directeur exécutif de l'ICCT.

Mais les tests révèlent le procédé frauduleux. Le constructeur aurait placé un code dans le logiciel de ses véhicules qui détectait les mouvements du volant et des pédales. Quand ces mouvements laissaient supposer que le véhicule était testé en laboratoire par les autorités sur les émissions de Nox, le véhicule, automatiquement, activait son système de contrôle antipollution. Le reste du temps, le système anti-pollution n’était pas activé. 

Ainsi, sur la route, La Passat émettait 5 à 20 fois plus de NOx que la norme autorisée !! Sans compter la Jetta qui en émettait 15 à 35 fois plus !

En mai 2014, les autorités californiennes et l’EPA ont alors ordonné à Volkswagen de régler ce problème.

Après avoir travaillé sur un patch palliant les défaillances du logiciel, de nouveaux tests ont été réalisés. Et une fois encore, les résultats des tests de laboratoires ont montré que les véhicules étaient bien aux normes. Et une fois encore, les résultats des tests sur route ont indiqué des valeurs d’émissions des dizaines de fois supérieures à la norme et à ce qui était constaté en laboratoire[1].

L’ICCT décide de prévenir l’agence de protection de l’environnement américaine, l’EPA, qui ouvre une enquête en 2014. Le groupe Volkswagen nie dans un premier temps toute tricherie. Jusqu’en 2015 où l’EPA et l’Etat de Californie mettent en lumière la fraude et menacent de retirer leurs certifications aux véhicules diesel Volkswagen (les retirant de facto du marché en empêchant leur commercialisation). Volkswagen reconnaît alors avoir "conçu et installé un dispositif sur ses véhicules par le biais d’un algorithme logiciel sophistiqué qui détectait quand un véhicule était en situation de tests d’émission".

Volkswagen ouvre une enquête interne et reconnaît une autre fraude sur les émissions de dioxyde de carbone (CO2) sur des véhicules diesel et essence.

11 millions de véhicules sont touchés par la fraude aux contrôles antipollution sur le NOX, 800 000 autres par les émissions "anormalement basses" de CO2. Mais le groupe assure que seuls quelques modèles sont touchés par des émissions plus hautes qu'indiqué sur les fiches techniques et annonce que cela sera très prochainement corrigé.

 

Pourquoi n’a-t-on rien vu ?

Différentes protections de logiciels ont rendu les explorations des chercheurs très difficiles. On peut notamment parler du Digital Millennium Copyright Act de 1998, (DMCA) qui permet de protéger les logiciels en rendant l’accès aux codes impossible.

Une première demande d’exemption à la protection des logiciels formulée en 2014 à l’EPA par des chercheurs avait été refusée. Cela aurait peut-être permis de déceler la fraude plus tôt…

 

 Volkswagen attaqué en justice aux Etats-Unis

  • VW attaqué en justice par trois concessionnaires américains 

Trois concessionnaires américains de Volkswagen attaquent en justice le constructeur allemand pour tromperie liée à l'affaire des moteurs diesel truqués.

Si d’autres concessionnaires ont déjà pris part à une plainte collective en Californie, cette nouvelle action judiciaire intentée devant un tribunal de l'Illinois serait la première du genre depuis le début de l'affaire « Dieselgate ». VW est accusé d'avoir « intentionnellement abusé ses concessionnaires en installant des logiciels trompeurs dans ses voitures diesel»

Les plaignants réclament des dédommagements d'un montant non précisé pour couvrir leurs pertes liées à la dépréciation des véhicules affectés et des voitures Volkswagen dans leur ensemble.

Les trois concessionnaires reprochent par ailleurs à VW d'avoir mis en place un "système de prix illégal" favorisant certains concessionnaires au détriment des autres.

  • Un ingénieur de Volkswagen inculpé aux Etats-Unis

Un ingénieur de Volkswagen a été inculpé aux Etats-Unis, accusé d’être « directement » impliqué dans le développement de logiciels truqueurs. Il s’agit de la première personne inculpée aux Etats-Unis dans ce dossier.

D’abord basé en Allemagne, au siège Volkswagen, James Liang a ensuite été transféré aux Etats-Unis pour faire partie de l’équipe en charge de préparer et de tester les voitures diesel que le groupe voulait commercialiser sur le sol américain. C’est cette équipe d’ingénieurs qui a développé le moteur dit « truqueur » "EA 189", conçu pour se conformer aux nouvelles règles américaines en termes d’émissions de véhicules diesel.

James Liang a plaidé coupable et ainsi évité un procès. En échange, il va coopérer avec les autorités américaines dans leur enquête pénale contre Volkswagen.

Il est principalement accusé d’avoir participé à la conception du logiciel truqueur ayant été installé sur les modèles VW Jetta années modèles 2009 à 2015 et VW Golf années modèles 2010-2015[2].

  • Volkswagen admet sa culpabilité

Pour échapper à un procès, le constructeur automobile allemand a accepté de plaider coupable de "conspiration" visant à tromper ses clients et les autorités américaines, et d'"obstruction à la justice" pour avoir détruit des documents afin de dissimuler ses agissements.

Volkwagen devra donc indemniser automobilistes et concessionnaires à hauteur de 17,5 milliards de dollars. Facture à laquelle s’ajoutent 4,3 milliards de pénalités supplémentaires. Concomitamment, le Groupe s’engage à réparer les dommages environnementaux.

Si la question du procès aux Etats-Unis semble réglée, de nombreuses enquêtes ont été diligentées en Europe.

 

VW attaqué en justice en Europe

  • Volkswagen attaqué en justice par trois États allemands

La Bavière, Hesse et Bade-Wurtemberg ont décidé d’attaquer Volkswagen en justice.

Au-delà de la tricherie, ces états reprochent au Groupe d’avoir fait perdre 3,9 millions d’euros au fonds de pension des fonctionnaires du Land de Hesse qui comprenait quelque 65.000 actions du Groupe Volkswagen.

  • VW attaqué en justice par L'association de consommateurs « myRight »

MyRight, association de consommateurs allemande, accuse le groupe d'avoir violé la loi européenne en vendant des voitures avec des logiciels interdits par la réglementation de l'Union européenne, et veut l’obliger à racheter les voitures au prix d'origine.

100.000 particuliers ont déjà rejoint cette action collective.

  • La Commission européenne demande des comptes

Volkswagen devait proposer à la Commission européenne un plan d’action avec pour principal objectif la réparation de tous les véhicules concernés d’ici l’automne 2017. Mais Bruxelles a exigé des garanties supplémentaires en évoquant notamment des mesures de « compensation volontaire » pour les particuliers et la possibilité de rachat de certains véhicules.

Volkswagen n’a cependant pas ouvert la porte à des compensations financières semblables à celles décidées aux USA.

  • VW attaqué en justice en France

50 automobilistes se sont déjà regroupés en une association, l’Association des victimes internationales de la fraude automobile (AVIFA). S’il ne peut s’agir d’une action collective, une plainte a pu être déposée pour «pratique commerciale trompeuse, publicité mensongère, tromperie, escroquerie, mise en danger de la vie d'autrui, complicité, faux et usage de faux.» 

D’autres cabinets d’avocats se sont portés partie civile pour des particuliers, comme le Cabinet Abeille et Associés, à Marseille.

Le vice-président de la Région Ile-de-France en charge des transports, Pierre Serne, a lui aussi saisi le parquet de Paris en s'appuyant sur l'article 40 du code de procédure pénale qui fait obligation à toute autorité de signaler un délit dont elle aurait connaissance[3].

L'ONG «Écologie sans frontière» (ESF) a également déposé une plainte contre VW mais avec pour objectif de «déterminer si d'autres constructeurs sont mis en cause, et, au sein de Volkswagen, de dégager une chaîne de responsabilité».

 

[1]http://pro.largus.fr/actualites/comment-volkswagen-a-t-il-pu-tricher-pendant-six-ans-6583388.html 

[2]http://www.20minutes.fr/economie/auto/1921943-20160909-dieselgate-ingenieur-volkswagen-inculpe-etats-unis 

[3]http://www.lefigaro.fr/societes/2015/10/01/20005-20151001ARTFIG00203-volkswagen-50-automobilistes-francais-saisissent-la-justice.php  

Je vérifie si mon véhicule est concerné

Pour effectuer la vérification, cliquez sur le lien ci-dessous.
(Vous serez redirigés directement vers la page du site Volkswagen.)

Affaire Volkswagen : pour aller plus loin

16
01
2017

Interview de Me Sylvain PONTIER : La pression grimpe encore d'un cran sur Renault

Une information judiciaire va être ouverte pour déterminer s'il y a eu tromperie. Le vendredi 13 janvier, Renault et Carlos Ghosn devaient célébrer le nouvel accord de compétitivité du groupe pour la France, négocié entre la direction et les...

Dernière modification : 16/01/2017 Lire la suite >
06
07
2016

Volkswagen : l'Europe demande à être traitée comme les Américains

" Volkswagen : l'‪Europe‬ demande à être traitée comme les Américains‬" Pour cela, il faut que la pression soit forte et la mobilisation importante. --> http://abeille.plainte-volkswagen.com/fr/    Lire la suite ici : 

Dernière modification : 06/07/2016 Lire la suite >
10
06
2016

Volkswagen et ses diesels : le client européen enfumé

Comparer 2 pays dont la législation n'est pas la même est inexact. Par ailleurs, si les plaignants ont jusqu'alors été déboutés à cause d'une procédure inadaptée à la situation, il est toujours temps de se porter partie civile,...

Dernière modification : 10/06/2016 Lire la suite >
30
05
2016

Toulouse : Dieselgate, une association de consommateurs s’attaque à Volkswagen

La pression ne faiblit pas... Un grand nombre de plaintes a déjà été enregistré par nos services, alors n'hésitez pas à rejoindre le mouvement ! Lire la suite ici

Dernière modification : 30/05/2016 Lire la suite >
06
04
2016

[MEDIA] Interview de Me Sylvain PONTIER sur Sud Radio

Dernière modification : 06/04/2016 Lire la suite >
17
08
2017

Le "dieselgate" au coeur de la campagne électorale allemande

À l'approche des législatives, Angela Merkel et Martin Schulz rivalisent d'attaques contre l'industrie automobile afin de rassurer leurs électeurs inquiets. La chancelière conservatrice comme son rival social-démocrate sont sur une ligne de crête :...

Dernière modification : 17/08/2017 Source >
08
08
2017

La riposte au dieselgate se prépare au Luxembourg

La Touring Association Luxembourg a ouvert un groupe Facebook afin de rassembler les propriétaires de véhicules diesel lésés par le dieselgate. Lire la suite de l'article ici.

Dernière modification : 08/08/2017 Source >
07
08
2017

L’ex-cadre Volkswagen, Oliver Schmidt, plaide coupable dans le cadre du Dieselgate aux États-Unis

Oliver Schmidt a plaidé coupable devant un tribunal fédéral de Detroit dans le cadre de l’affaire dite du dieselgate. Interpellé par le FBI à l’aéroport de Miami fin décembre 2016, puis inculpé par les autorités...

Dernière modification : 07/08/2017 Source >
01
08
2017

Volkswagen a bénéficié de prêts européens pour développer le moteur qui est au cœur du « Dieselgate »

La Banque européenne d’investissement a prêté, en 2009, 400 millions d’euros au groupe allemand, qui assurait vouloir « poursuivre la réduction des émissions et de la consommation » de ses moteurs. Lire la suite de...

Dernière modification : 01/08/2017 Source >
11
07
2017

Les dirigeants de Volkswagen alertés du coût du Dieselgate un mois avant sa révélation

Selon l’édition dominicale d’un quotidien allemand, les dirigeants auraient été alertés du coût du Dieselgate un mois avant que le scandale n’éclate en septembre 2015. Lire la suite de l'article ici.

Dernière modification : 11/07/2017 Source >
05
07
2017

Dieselgate : l’étau se resserre autour de Bosch et trois de ses salariés

L’étau se resserre autour de Bosch dans l’affaire du dieselgate lié à Volkswagen. La justice allemande cible désormais tout particulièrement  trois cadres de l’équipementier au sein de son enquête destinée...

Dernière modification : 05/07/2017 Source >
05
07
2017

Dieselgate : le gouvernement allemand va créer un organisme pour mesurer les émissions

Il était temps ! Presque deux ans après que n’éclate le scandale du dieselgate, frappant tout particulièrement Volkswagen, le gouvernement allemand tente de réagir. Lire la suite de l'article ici.

Dernière modification : 05/07/2017 Source >
05
07
2017

Volkswagen France aurait envoyé des rapports commerciaux embellis à la maison-mère

Le groupe Volkswagen France aurait envoyé les chiffres de ventes gonflés à sa maison-mère depuis des années selon une enquête du news magazine allemand, Der Spiegel.   Lire la suite de l'article ici.

Dernière modification : 05/07/2017 Source >
23
06
2017

Mandat d’arrêt international contre 5 ex-cadres de Volkswagen

Les Etats-Unis ont lancé des mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de cinq anciens cadres de Volkswagen en lien avec le Dieselgate. Lire la suite de l'article ici.

Dernière modification : 23/06/2017 Source >
14
06
2017

Une plainte en nom collectif contre VW aux Pays-Bas

La fondation néerlandaise « Stichting Volkswagen Car Claim » représentant 180 000 propriétaires de voitures Volkswagen a annoncé qu’elle s’apprêtait à déposer une plainte en nom collectif contre...

Dernière modification : 14/06/2017 Source >